Audrey : Sa vie après POP School

Audrey Wech a fait une formation de développeuse web dans notre fabrique de Lens, elle nous raconte comment elle l’a vécu et les portes que cette dernière lui a ouverte.

   Salma El Bassahi – 2 min de lecture

Abonnez-vous pour suivre les actualités de POP School ! 

Photo : POP School 

apprenante-popschool-femme

PS :  Audrey, parle nous de toi 

Audrey : « Je m’appelle Audrey Wech, j’ai 31 ans et je suis maman de deux jeunes enfants. Dans la vie je suis passionnée par les jeux vidéos et les jeux de société modernes. Je suis d’ailleurs présidente de l’association Games of Troll. »

PS : D’où viens-tu ?

Audrey : « Avant POP School j’étais mère au foyer, et j’ai souhaité reprendre une activité. Je me suis dirigée vers une formation développement web car après mon bac S j’avais intégré une licence en mathématiques  durant laquelle j’ai pu découvrir le codage. Mais j’ai dû arrêter pour des raisons personnelles et aussi car l’enseignement ne me convenait pas. C’était trop scolaire pour moi, je m’ennuyais. »

PS :  Comment était la formation ?

Audrey : « La formation était intense, mais ça ne m’a pas dérangé car l’équipe POP School nous avait prévenu depuis le début et on y était préparé. 

Durant la formation on a appris les différents langages de code et on a pu les appliquer à travers des projets concrets. Pour ma part j’étais en charge de deux projets. Le premier était la création d’un site web pour l’association “Avenir des Cités” et le second était l’amélioration du site web d’un foodtruck de l’agglomération. 

Ces projets m’ont permis de me faire une véritable expérience et de remplir mon CV. D’ailleurs la recherche de stage a été beaucoup plus simple grâce à ça mais aussi grâce au module LinkedIn de la formation. On a appris à mettre en avant notre profil afin que les entreprises tombent sur nos profils. Je n’ai même pas eu à chercher de stage, c’est les entreprises qui m’ont directement contacté sur LinkedIn. »

P.S. : Quel est ton poste aujourd’hui  ?

Audrey : « J’ai signé un CDI qui a débuté le 8 mars. C’est chez l’entreprise Karnott. C’est une start-up qui se situe à Euratechnologies. Elle fabrique des boîtiers magnétiques à destination des agriculteurs. Ils ont pour but de remplacer le carnet de travaux des agriculteurs et permettent de gérer les champs. J’y serais en tant que développeuse mobile et web mais surtout mobile car je serais chargée de concevoir leur application. »

P.S. : Un mot pour décrire ton parcours ? 

Audrey : « Je suis vraiment fière de mon parcours et vraiment reconnaissante envers POP School. J’avais placé pas mal d’espoir dans cette formation et je ne suis pas du tout déçue bien au contraire. »

P.S. : Comment as tu financé ta formation ? 

Audrey : « En tant qu’habitante de la Communauté d’agglomération de LENS Liévin j’ai bénéficié de la prise en charge à 100 % de la formation par la communauté d’agglo sur le marché de dev web. »

Continuez votre lecture

espace de travail lumineux avec des personnes assises en face d'un ordinateur

Quel avenir pour les métiers liés au numérique

Les offres d’emploi des entreprises dans le secteur du numérique ne cessent de croître. La Grande École du Numérique (GEN) a sorti un rapport qui met en évidence les chiffres clés de l’emploi et de la formation au numérique en France. On vous détaille tout dans cet article.

👉 Lire plus !

Le code a la côte. On vous explique pourquoi

Quand on ne connaît rien au code et qu’on nous en parle, on s’imagine dans Matrix : un mur de ligne de code, partout et tout le temps. Du matin jusqu’au soir, les lignes de code rythment notre quotidien. Alors pourquoi est-il important de savoir coder ? Explications.

👉 Lire plus !