Nouvelle formation Web-Ux, pour les créatif.ves !

Non non tu ne rêves pas, tu vas bel et bien apprendre à travers cette formation le métier de Webdesigner et Ux Designer en même temps. Mais qu’est ce que c’est réellement ?

Formation Web-Ux, une formation pour les créatif.ves !

Chez POP School nous sommes très attentifs aux besoins des entreprises. Nous souhaitons que nos formations soient le plus efficaces possible afin que les apprenants puissent intégrer rapidement le monde du travail et exercer leurs passions. C’est pourquoi nous vous proposons une toute nouvelle formation : Le Web-Ux.

  Salma – 2 min de lecture

Abonnez-vous pour suivre les actualités de POP School ! 

Webdesigner et Ux designer

Crédit Photo : Photo by You X Ventures on Unsplash

Non non tu ne rêves pas, tu vas bel et bien apprendre à travers cette formation le métier de Webdesigner et Ux Designer en même temps. Mais qu’est ce que c’est réellement ?

En d’autres termes, tu vas à la fin de cette formation savoir créer l’interface d’un site web et réaliser des parcours utilisateurs de A à Z.

Comment ?


Sur une durée de 6 mois (dont 2 mois de stage en entreprise) POP School va te former à divers outils et techniques. Cela va passer par plusieurs modules tels que la conception graphique, le maquettage, le design d’un site web, le développement web et bien d’autres encore.
Mais ne t’inquiète pas ! POP School contrairement à ce qu’indique son nom ce n’est pas l’école. Il n’y a pas de professeurs et tu ne seras pas assis sur une chaise à écouter pendant des heures des cours théoriques. Tu vas apprendre à travers des projets, des défis et des ateliers ludiques qui se feront en équipe ou pas ;).

C’est pour qui ?

 

Tu es créatif.ve, motivé.e et tu veux assurer ton avenir professionnel ? Et bien il n’en faut pas plus pour t’inscrire à la formation Web-Ux. Aucun prérequis n’est demandé. Tu pars de zéro et tu deviens un.e pro !

Une formation c’est bien beau mais après ?

 

Il faut savoir que chez POP School tu seras accompagné.e selon ton projet professionnel, tu auras des entretiens individuels ou tu pourras nous parler librement de ce que tu souhaites faire. Ainsi nous personnalisons et adapterons notre formation à tes besoins. Et oui c’est toi le/la chef.fe !
De plus, tu devras effectuer un stage de 2 mois minimum afin d’acquérir ta première expérience ou une expérience en plus dans ce domaine. Et encore une fois pas de panique ! Tu ne seras pas lâché.e tout.e seul.e dans la nature. Le chef de fabrique et les formateurs seront à tes côtés et t’accompagneront dans cette recherche tels de fidèles destriers.

Des certifications ?

 

Et bien oui, tu ne repars pas les mains vides 🙂 En plus de repartir avec des nouvelles Softs et Hard Skills, tu repars aussi avec une certification TOSA et PCIE. Elles sont reconnues par le monde du travail et pourront prouver la réussite de ta formation.

C’est payant ?

 

2021 c’est ton année ! Et coup de chance pour toi, la formation est prise en charge par le Fonds Social Européen, c’est donc gratuit 🙂 ! Elle est pas cool l’UE ?

Pour s’inscrire, c’est où ?

→ Tu as juste à compléter le formulaire d’inscription qui se trouve ici.

Continuez votre lecture

Nos apprenants vont à la rencontre des commerçants de SQY !

Pendant la formation POP School, tu es en charge de projets concrets et réels qui permettent de faire évoluer les petits commerçants.

Nos apprenants vont à la rencontre des commerçants de Saint-Quentin-en-Yvlines

Nos apprenants de Saint-Quentin-en-Yvelines viennent en aide aux commerçants pour leur proposer des solutions click and collect.

   Baptiste Dufour – 1 min de lecture

Abonnez-vous pour suivre les actualités de POP School ! 

Photo : Apprenants POP School avec commerçants de SQY

Le mois dernier, suite à l’annonce du second confinement et la fermeture des commerces non essentiels, nous lancions l’opération “Aide aux commerçants !”

Dans ce cadre, l’agglomération de SQY a sollicité les apprenants de POP School pour venir en appui au déploiement de l’appli (www.shopinsqy.com) mise en place par l’agglomération. Celle-ci permet aux commerçants de disposer gratuitement d’une boutique en ligne, de vendre via du click & collect, et de proposer des outils puissants de fidélisation de la clientèle. 

Durant deux jours (jeudi 10 et jeudi 17 décembre), une quinzaine d’apprenants sont allés à la rencontre des commerçants, par petits groupes, pour promouvoir la solution, les aider à créer leur fiche et leur présenter rapidement les atouts et fonctionnalités de l’appli.

Résultat : une douzaine d’inscriptions supplémentaires pour la seule journée du 10 décembre !

Continuez votre lecture

Se former au numérique : Venez comme vous êtes !

Le numérique c’est fait pour tout le monde. Il n’y a pas de profil type à avoir. Il suffit juste d’avoir les bons softs et hards skills que tu vas apprendre en formation.

Se former au numérique : à qui le tour ?

Pour favoriser l’inclusion numérique un seul mot d’ordre : « Venez comme vous êtes ! »

   Baptiste Dufour – 4 min de lecture

Abonnez-vous pour suivre les actualités de POP School ! 

Visuel article POP School Venez comme vous êtes !

“Venez comme vous êtes !” 
Comme je le dis souvent, il y a une chose en commun entre le numérique et une célèbre chaîne de fast-food américain, c’est ce slogan : “Venez comme vous êtes!”

Cela peut sembler difficile à croire mais dans le numérique, on recrute tout type de profil, et si vous souhaitez vous former à un métier numérique alors que vous n’avez même pas le Bac, c’est possible !

“On compte sur vous !”
Oui, les entreprises ont besoin de compétences tech car il y a un vrai déséquilibre : beaucoup de demandes (ça recrute !), pas assez d’offres (difficile de trouver des compétences numériques). Tout ça donne une pénurie de talents. 

Vous pouvez le voir, les annonces publiées sur les Jobboards sont de plus en plus nombreuses. Cela nous prouve la nette augmentation des offres d’emploi dans le secteur. Aujourd’hui en France, 700 000 salariés exercent dans le domaine pour 35 000 établissements spécialisés. Et en 2019, selon le ministère du travail, 80 000 emplois dans le numérique n’avaient pas trouvé preneur faute de compétences adaptées.

Il y en a pour tous les goûts ! 
“Le numérique c’est pour les geeks !” On en est vraiement encore là ? Le numérique est partout et se développe dans tous les métiers, tous les secteurs. Aujourd’hui d’ailleurs, plus de 50% des salariés de la tech ne travaillent pas dans une entreprise qui a le numérique pour cœur d’activité. Se former au numérique, c’est s’ouvrir des portes dans des secteurs qui vous attirent, alors il y a de quoi y réfléchir. Regardons 30 secondes un exemple que nous connaissons tous car il a explosé depuis la fermeture des commerces depuis le début de la crise sanitaire (+45% de chiffre d’affaire en un an) : le domaine du e-commerce. Toutes les grandes entreprises du retail s’y sont mis (Auchan, Leroy Merlin, Cora, Decathlon, et ce ne sont que les plus gros). Les petits commerçants sont également incités à mettre en œuvre des solutions de e-commerce, via notamment le click’n’collect. Conséquence, le domaine du e-commerce devrait recruter de nombreux profils différents en 2021 et il y a de la place pour tous car le marché est énorme. On cherchera tout d’abord des compétences dans la data pour analyser les recherches et les demandes des internautes, mais aussi des personnes spécialisées en expérience utilisateur et interface (UX et UI Designer). Enfin, les métiers de la communication et du marketing digital (Community Manager, Rédacteur Web, Photographe produit, Chargé de produit, etc.) continueront à recruter. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le numérique est partout et il y en a pour tous les goûts ! 

Numérique : il y en a pour tous les goûts 

Marché 

Exemples de transformation numérique

Exemples de métiers

Médias

Jeu, édition, cinéma, télévision

 

Commerce et distribution

Développement du commerce en ligne et de solutions click’n’collect

Community manager, Référenceur SEO, Webmaster, Traffic Manager, Ux Designer, Chef de produit, etc.

Banque et assurance

Développement d’applications pour une meilleure relation client. 

Chargé de projet web,

Product owner 

Communication, publicité 

Développement de nouveaux canaux de communication et de stratégie 

Community Manager,

Social Media Manager,

Photographe produit

Éducation et formation

Développement de nouveaux modes d’enseignement 

Chargé de formation e-learning,

Développeur d’application

Santé

Développement de la télémédecine

Développeur web,

Responsable réseaux informatique

E-tourisme

Développement de nouveaux modèles de vente 

Communty manager, 

Référenceur SEO,

Webmaster,

Traffic manager

Industrie

Développement d’objets connectés, robotique, modélisation

Développeur d’application,

Designer,

Prototypeur objets connectés,

Data analyst

Maison/Ménages

Développement d’objets connectés, robotique, modélisation

Développeur d’application, 

Designer,

Prototypeur objets,

Data analyst

“À qui le tour ?”
Tous les six mois, j’apprends qu’un ami reprend une formation pour développer un projet dans le numérique. Le dernier, c’était un pote qui était dans la compta. Après deux ou trois ans dans le domaine, je crois qu’il a compris qu’il n’aimait pas mettre des cravates tout les jours du coup et qu’il souhaitait devenir développeur web. Avant lui, c’était ma belle sœur qui est devenue community manager et travaille désormais pour une marque bio en mettant en avant les produits de la marque sur les réseaux-sociaux. Depuis 2015 et la création du label “Grande École du Numérique”, des centaines de formations intensives se sont développées partout en France. Aujourd’hui, vous pouvez vous former rapidement à des technologies et valider des titres professionnels ou certifications qui vous permettront de vous orienter vers des métiers qui recrutent ou d’autres formations plus spécialisées. Si vous souhaitez vous orienter vers le numérique, faites un tour sur le site de la Grande École du Numérique.

Continuez votre lecture

POP School rejoint Edtech France

POP School rejoint Edtech France, Pierre et l’équipe POP School en ont profité pour interviewer l’équipe sur l’importance de se former au numérique

POP School rejoint Edtech France !

POP School rejoint le réseau Edtech France, l’occasion de faire un interview croisée à distance avec Rémy Challe, Directeur Général d’Edtech France et Pierre Verlyck, Directeur Général de POP School.

   Baptiste Dufour – 3 min de lecture

Abonnez-vous pour suivre les actualités de POP School ! 

Photo : À gauche Rémy Challe, à droite Pierre Verlyck.

Quel est le rôle d’Edtech France ? 

Rémy : EdTech France est l’association qui fédère les entreprises de la filière EdTech, c’est-à-dire toutes les entreprises qui conjuguent innovation, technologie et formation. A ce jour, nous comptons près de 300 membres, ainsi qu’une quarantaine de partenaires, dont notamment la Grande École du Numérique, ou encore l’association les Talents du Numérique. Notre rôle est ainsi d’animer ce réseau, de donner de la lisibilité et de la visibilité à l’offre Edtech française, de porter également la voix de la filière dans le débat public. Le moment que nous vivons est crucial à plus d’un titre, et les entreprises EdTech sont là pour accompagner les mutations technologiques, éducatives, sociétales. Notre société se transforme profondément, et nous nous devons d’être des acteurs éclairés de cette transformation.

Quel est la place du numérique dans l’enseignement aujourd’hui ?

Rémy : Jusque-là, notre système éducatif et d’enseignement supérieur n’avait pas pris la mesure de l’importance de la transformation numérique, tant sur le plan des modèles organisationnels et économiques, que sur le plan des modèles pédagogiques. La crise sanitaire et les confinements successifs ont mis en lumière cette immaturité, tout en démontrant le potentiel d’un numérique responsable, mis au service des apprentissages. Sans le numérique, il n’y aurait eu aucune continuité pédagogique possible… Il y a donc aujourd’hui une accélération des usages et des besoins, avec un défi majeur : penser le numérique pas simplement comme un ensemble d’outils, mais comme un ensemble de ressources, de contenus, de méthodes pédagogiques, permettant d’augmenter l’expérience des apprenants comme celle des enseignants.

Pierre : Si l’on se concentre plus particulièrement sur l’éducation nationale, bien sûr, une grande partie des élèves a pu bénéficier durant le confinement de cours donnés à distance par des enseignants (qui en ont parfois bavé, disons-le et reconnaissons leur engagement). Les chiffres parlent toutefois d’eux-mêmes : selon le gouvernement, entre 5 et 8% des élèves avaient décroché fin mars de l’enseignement à distance, soit entre 620 000 et 992 000 élèves. C’est énorme. 

La crise sanitaire a accéléré l’utilisation du numérique mais a aussi souligné de vraies limites : problème d’accès aux outils, difficultés dans les usages numériques, illectronisme. Qu’est ce qu’on peut faire mieux, notamment dans l’éducation ?

Rémy : Le numérique peut d’abord apparaître exclusif : il exclut celles et ceux qui en sont éloignés, pour des raisons d’âge, d’éloignement géographique, de précarité sociale… C’est l’un des enseignements du confinement. Comment suivre ses cours quand il n’y a pas d’ordinateur dans la famille ? Quand les parents sont dans l’incapacité d’aider ? Quand on habite dans une “zone blanche” ? Il faut donc tout mettre en œuvre pour que le numérique soit au contraire un vecteur d’inclusion, notamment grâce à l’école. Pour cela, il faut investir massivement dans du matériel et des infrastructures, mais aussi dans la formation des enseignants, l’acculturation des parents, et enfin dans des ressources numériques et des dispositifs pédagogiques permettant de lutter contre l’illectronisme et de rendre l’école plus inclusive. C’est un véritable enjeu de société.

Pierre : le numérique a joué un rôle central pour pallier les effets du confinement, c’est clair. Mais il ne faut pas se voiler la face : nous avons encore un long chemin à parcourir en matière d’inclusion numérique. Aujourd’hui en France, on dénombre plus de 13 millions de personnes qui demeurent encore et toujours éloignées du numérique. Durant le confinement, ces Français auront subi une double peine, l’exclusion numérique venant s’ajouter à l’isolement physique. On a dressé ce constat dans une tribune publiée récemment et coécrite par des acteurs du numérique. 

De belles solutions existent déjà et sont en train d’être renforcées. Agir pour la montée en compétences et l’autonomisation des Français via la médiation numérique, agir pour la formation et l’orientation vers les métiers porteurs du numérique via la Grande Ecole du Numérique, soutenir la transition numérique des TPE/PME : les ingrédients sont là. Il nous faut nous en saisir, accélérer le mouvement et jouer en équipe pour avoir des résultats rapides et concrets.

Quelles structures peut-on retrouver dans le réseau EdTech ? Quel est leur rôle ?

Rémy : Toutes les entreprises qui innovent pour l’éducation et la formation ! Il peut s’agir de toutes jeunes startups, comme d’entreprises ayant déjà levé des dizaines de millions d’euros. Il peut s’agir d’entreprises apportant des solutions pour l’enseignement scolaire, pour l’enseignement supérieur ou encore la formation professionnelle. Il peut s’agir d’entreprises qui utilisent l’intelligence artificielle pour individualiser les apprentissages, qui proposent des contenus de formation en réalité virtuelle, ou encore qui dispensent des enseignements entièrement à distance. Et bien sûr, les écoles de code et, plus généralement, qui forment aux métiers du numérique, ont toute leur place au sein de l’association !

Pierre : C’est d’ailleurs pour ça que POP School a adhéré ! En quelques années, POP School est devenu un acteur incontournable de la formation aux métiers du numérique. Nous sommes un organisme actif au sein de la Grande Ecole du Numérique, notamment dans les Hauts-de-France où nous avons 5 Fabriques, c’est-à-dire des sites de formation ouverts sur le monde extérieur et les écosystèmes d’innovation. Nous nous sommes également implantés l’an dernier en Ile-de-France. Intégrer le réseau EdTech, c’est donc une démarche plus que naturelle pour nous. On rejoint des acteurs qui participent activement à la transformation de l’éducation au sens large, qui innovent au quotidien par le numérique, que l’on parle de formation via des solutions numériques ou de formation aux technologies et aux métiers du numérique. Vu notre implantation géographique, nous avons également adhéré à l’antenne EdTech Hauts-de-France. J’avoue… on a aussi adhéré car les publications d’EdTech France sur les réseaux sociaux nous font rire, et je dois dire qu’on se retrouve plutôt bien dans cet esprit sérieux décontracté. Plus globalement, je suis convaincu par la force de l’effet réseau et je suis certain que POP School pourra amplifier son action notamment grâce aux liens que l’on créera au sein de la communauté EdTech France. Les adhérents trouveront en nous un acteur innovant et à l’écoute.

 

Continuez votre lecture

interview confinée #1

Yanis nous parle de la formation développeur web chez POP School

Interview confiné Yanis, Développeur web à Lens, Team Basket

Yanis a 21 ans et depuis le 12 octobre il suit la formation de développeur web de Lens. Depuis l’annonce du second confinement, il vit et suit sa formation dans sa chambre, dans sa maison familiale à Billy Montigny.

   Baptiste Dufour – 2 min de lecture

Abonnez-vous pour suivre les actualités de POP School ! 

Photo de Yanis

POP School : Avant de commencer, de quelle team es-tu : chaussure ou claquette ? 

Basket ! 

PS : Tu es arrivé comment à POP School ? 

Pendant plusieurs années j’ai fait des missions en intérim dans la logistique chez Amazon. J’avais un projet de formation depuis quelque temps et j’ai pensé au secteur du numérique car celui-ci me permettrait de me construire un avenir professionnel solide. Après quelques recherches sur internet, j’avoue être tombé amoureux de POP School (une relation déjà bien entamée car nos formations ne durent que 6 mois Yanis) et jusqu’à maintenant je ne regrette pas mon choix. 

PS : Ça se passe comment pour toi le confinement ?
Ça se passe plutôt mal car avant le confinement je m’étais mis l’objectif de faire du sport à très grand rythme (rire). Je m’étais programmé un emploi du temps en parallèle de la formation : aller à la salle, faire du football … Impossible de faire ça chez moi. À part ça tout va bien !

PS :  Qu’est ce qui te sert de bureau ?
Mon bureau c’est ma chambre. J’ai juste enlevé la console pour ne pas divaguer. Je joue un peu mais uniquement le soir. 

PS : Vous êtes passé en télé-présentiel du jour au lendemain à Lens, comment cela c’est passé ?  
Les deux premiers jours étaient un peu compliqués : il faut (re)trouver un rythme dans la formation, il faut mettre en place des espaces d’échanges, ce qui nécessite un temps d’adaptation. Comme nous ne sommes pas devant les formateurs, si on a des questions, les échanges étaient moins évident. Après quelques semaines, on s’est vite mis dedans, on a trouvé notre façon de travailler, l’apprentissage est bon. 

PS : Comment vous êtes-vous organisés ? 

Pour suivre les cours, on utilise la plateforme Big Blue Button et entre apprenants on a un serveur Discord, donc si un stagiaire ne comprend pas un exercice, on peut s’entraider. Si on a un problème sur lequel on ne trouve pas de réponse, on peut échanger via le Slack avec l’équipe pédagogique. Si le problème est persistant on utilise Teamviewer comme ça le formateur prend la main sur notre PC et nous explique la manip. À aucun moment on se sent seul : il y a toujours quelqu’un avec qui échanger.

Depuis le début du confinement nous nous sommes même rapprochés avec le groupe : on échange toute la journée pendant la formation et au-delà : le Discord a renforcé nos liens. De 19h à 20h30 on échange en vocal, après je coupe car le lendemain rebelote. 

PS : As-tu des rituels pendant ce confinement ?

Je me lève toujours une heure avant les cours et pendant 30 minutes je fais du sport, des pompes et des abdos histoire de bien me réveiller. Après je bois du café alors que je n’en avais jamais bu jusqu’à maintenant ! 

Le soir je me déconnecte, pour regarder un petit film et décompresser, pour penser à autre chose. Je vais aussi sur Youtube pour regarder des développeurs coder et des vidéos de dégustation comme FlorianOnAir, Morgan VS pour me faire un peu saliver. 

PS : As-tu un conseil à partager ? 

J’aurais deux conseils, la première faire du sport pour décompresser des 7 heures de cours devant son PC. Le second est de créer un bon lien avec sa promotion, car si ça ne va pas à la maison, il y a toujours cet espace d’échange pour rigoler. 

PS : Dès la fin du confinement, qu’est ce que tu veux faire ?

Soulever pas mal de kilos pour rattraper ce que je n’ai pas pu soulever pendant le confinement.

 

Continuez votre lecture

Aide aux PME / TPE

Afin de venir en aide aux commerçants et petites entreprises, POP School relance l’opération « Soutien aux entreprises régionales ». Vous êtes une TPE/PME, un commerçant ou un artisan en difficulté ? Vous avez besoin d’un appui dans le cadre de votre digitalisation ? Faites appel à nos apprenants !

Aide aux entreprises régionales ! Nos apprenants apportent leur aide aux commerçants et artisans ayant un projet de digitalisation !

Afin de venir en aide aux commerçants et petites entreprises, POP School relance l’opération « Soutien aux entreprises régionales ». Vous êtes une TPE/PME, un commerçant ou un artisan en difficulté ? Vous avez besoin d’un appui dans le cadre de votre digitalisation ? Faites appel à nos apprenants ! 

   Baptiste Dufour – 1 min de lecture

Abonnez-vous pour suivre les actualités de POP School ! 

  • Nos apprenants peuvent vous aider à la création de votre site vitrine pour développer la visibilité de votre activité. 
  • Nos apprenants peuvent vous aider à augmenter la visibilité de votre entreprise et à fidéliser vos clients grâce aux réseaux-sociaux.
  • Nos apprenants peuvent vous aider à travailler votre référencement en ligne pour positionner les pages web de votre site internet dans les premiers résultats des recherches Google. 

Comment obtenir un soutien de la part de nos apprenants ?

Dans le cadre de nos formations, nos apprenants développent leurs compétences techniques sur des “projets réels”. Nos apprenants mettent à disposition leurs compétences pour vous aider dans cette période difficile. En mode “Startup week” ; nos apprenants répondent à votre demande et réalisent vos outils digitaux dès maintenant ! 

Pour proposer votre projet, il vous suffit de remplir le formulaire et d’expliquer en quelques mots votre idée. L’équipe POP School reviendra vers vous dès que possible.

Continuez votre lecture